Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sainte-Therese.jpgIl est des âmes privilégiées qui doivent surtout recourir à la Vierge Prêtre.


Ce sont tout d'abord ces vierges chrétiennes, vivant dans le monde ou le cloître, qui sentent vivement le désir du sacerdoce : elles seraient si heureuses de monter au saint autel, d'exercer l'apostolat ; ce fut, comme on le sait, l'un des tourments de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus. Rassurez-vous, âmes virginales ; si le Bon Dieu vous a mis au coeur ces ardents désirs, ce n'est pas pour créer en vous d'inutiles regrets ; c'est pour que, unies à la Vierge Prêtre, vous puissiez, comme elle, vous associer à quelques fonctions du sacerdoce et en posséder l'esprit.

Vous ne pouvez consacrer l'hostie sainte, mais vous pouvez orner l'autel, prendre soin de la sacristie, des linges et des vêtements ecclésiastiques avec cet esprit de religion qui convient aux clercs. Vous pouvez surtout assister à la sainte messe d'une façon plus fervente et plus active, vous associer au prêtre qui célèbre, en entrant plus pleinement dans l'esprit des prières liturgiques ; vous pouvez vous offrir comme victime d'amour, en redisant les paroles de sainte Thérèse : « Je m'offre comme victime d'holocauste à votre amour miséricordieux, vous suppliant de me consumer sans cesse, laissant déborder en mon âme les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en vous, et qu'ainsi je devienne martyre de votre amour, ô mon Dieu . » C'est en union avec Marie que vous vous offrirez comme victimes, et vous le ferez surtout pour les prêtres, afin que leur ministère soit fécond. Ainsi vous entrerez dans l'esprit de la Vierge Prêtre et coopérerez, avec elle, à l'oeuvre sacerdotale de la Rédemption, oeuvre d'amour s'il en fut jamais.

Alors vous aurez l'esprit du sacerdoce ; vous vous oublierez vous-même pour glorifier Dieu ; en union avec Marie, vous chanterez vous aussi votre Magnificat, non seulement au milieu des joies, mais au milieu des tristesses : il vous sera doux d'unir vos souffrances à celles de Jésus et de le consoler, comme le fit la pieuse Véronique. Et, pour exercer l'activité de votre âme, vous pratiquerez l'apostolat. Ne pourriez-vous pas trouver quelques enfants à catéchiser, quelques malades à visiter ? Au sein de la famille ou de la communauté où vous vivez, n'y a-t-il pas des âmes endolories à consoler, des âmes tristes à égayer, des âmes égarées à remettre dans le droit chemin ? Si le ministère de la parole ou de l'action vous est difficile, ne pouvez-vous pas donner Jésus aux âmes par l'exemple, le sacrifice et la prière ?

Allez donc vous jeter aux pieds de la Vierge Prêtre, elle vous parlera au coeur et vous dira comment vous pourrez avoir part au divin sacerdoce.

 

Mais ce sont surtout les âmes sacerdotales qui doivent avoir une confiance sans bornes en la Vierge Prêtre. Educatrice de Jésus, prêtre et hostie, elle ne désire rien tant que de le former en nous, pour que nous soyons d'autres Christs. Ne nous laissons donc jamais décourager par nos défauts, par la stérilité apparente de nos efforts : cette Vierge bénie, qui est une copie vivante des vertus de son Fils, ne demande qu'à nous faire participer à son esprit et à ses vertus. Que nos insuccès dans le ministère ne nous effraient pas ! Elle est l'universelle médiatrice de grâce, elle sait agir sur les coeurs les plus rebelles et s'intéresse à leur salut plus et mieux que nous ne le faisons nous-mêmes. Confions à notre mère, la Vierge Prêtre, nos insuccès et nos découragements, disons-lui nos saints désirs, offrons-lui nos gémissements, et nous serons exaucés.

Pour l'être plus sûrement, nous nous tiendrons toujours unis à Marie et nous vivrons de son esprit « Dieu, ayant une fois donné Jésus-Christ au monde par elle, le donne sans cesse par elle et le reçoit d'elle quand la terre l'offre de nouveau. Voilà pourquoi le prêtre doit communier à l'âme et à l'esprit de Marie ; son coeur doit être dans le coeur de la divine Vierge ; son âme dans l'âme de sa Reine et de sa Mère ; ses mains consacrées dans ses mains immaculées, et par elle alors, avec elle, il pénétrera dans le Saint des Saints pour y recevoir et y offrir Jésus-Christ. Médiatrice entre l'autel et les cieux, elle est encore médiatrice et dispensatrice entre l'autel et les fidèles. Le Père céleste ne veut recevoir son Fils que par ses mains de Vierge, mais il ne veut aussi le donner que par elle aux âmes rachetées. O Vierge, ô Mère, ô Reine, quelle grandeur est la vôtre, et combien l'Ordre sacerdotal doit vous proclamer sa souveraine et son sommet après Jésus-Christ Notre Seigneur ! »

Aussi en terminant ce chapitre, nous ne pouvons que conseiller à nos chers lecteurs, et surtout aux séminaristes et aux prêtres, de redire souvent la belle prière à la Vierge-Prêtre, composée par ordre de Pie X et indulgenciée par lui.

« O Marie, Mère de miséricorde,
Mère et Fille de Celui qui est le Père des miséricordes
et le Dieu de toute consolation,

Dispensatrice des trésors de votre Fils,
Ministre de Dieu,
Mère du Christ le Souverain Prêtre,
Prêtre également et Autel Sanctuaire immaculé du Verbe de Dieu,
Maîtresse de tous les apôtres et disciples du Christ,
protégez le Souverain Pontife,
intercédez pour nous et pour nos prêtres,
afin que Jésus-Christ, le prêtre éternel, purifie nos consciences
et que nos approchions dignement et pieusement de son banquet sacré.

« O Vierge immaculée,
non seulement Vous nous avez donné le Christ,
le Pain céleste pour la rémission des péchés,

mais vous êtes vous-même une hostie très agréable,
offerte à Dieu, et la Gloire du Sacerdoce ;

d'après le témoignage de votre bienheureux saint Antonin,
bien que n'ayant pas reçu le Sacrement de l'Ordre,
vous avez été remplie de tout ce qu'il y a en lui de dignité et de grâce,
d'où à juste titre, vous êtes appelée la Vierge-Prêtre.
Jetez un regard sur nous et sur les prêtres de votre Fils ;
sauvez-nous, purifiez-nous, sanctifiez-nous,
afin que nous recevions saintement
les ineffables trésors des Sacrements,

et que nous méritions d'obtenir le salut éternel de nos âmes.
Ainsi soit-il.

« Mère de miséricorde, priez pour nous.
Mère de Jésus-Christ le prêtre éternel, priez pour nous.
Reine du Clergé, priez pour nous.
Marie, Vierge-Prêtre, priez pour nous ».

« Nous accordons 300 jours d'indulgence
à tous ceux qui réciteront pieusement et dévotement cette prière. »

(Pie X, 9 mai 1906)


(AD. TANQUEREY - Les Dogmes générateurs de la Piété) 

Tag(s) : #Liturgie Doctrine

Partager cet article

Repost 0