Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  vrai-Paul-VI-et-vraie-crucifix-en-priere-fin-du-Concile.jpg

Pour rétablir la vérité sur la réforme liturgique...

  la nouvelle messe injustement appelée "Messe Paul VI" !!!

 

(Par Mgr J. Masson, le 1er octobre 2009)

 

 

Mgr Masson commence par le témoignage du Père Louis Bouyer...

 

Le Père Bouyer (1913 – 2004) fut pasteur luthérien jusqu'à la seconde guerre mondiale. Puis converti au catholicisme, il est devenu prêtre de l'Oratoire.

 

Professeur à l'Institut catholique de Paris jusqu'en 1963, il a ensuite enseigné en Angleterre, en Espagne et aux USA.

Deux fois nommé par le pape à la Commission internationale de théologie, il a été consultant au concile de Vatican II pour la Liturgie, la Congrégation pour le Culte et le Secrétariat pour l'unité des chrétiens.

Il a écrit de nombreux ouvrages dont :

Architecture et liturgie ; Autour d'Érasme ; La Bible et l'Évangile ; Le Consolateur ; Cosmos ; Du Protestantisme à l'Église ; L'Église de Dieu ; Figures mystiques féminines ; Le Fils éternel ; Gnôsis ; L'Incarnation et l'Église-Corps du Christ ; Le Mystère pascal ; Le Père invisible ; Le Rite et l'homme ; Sophia ou le Monde en Dieu ; Le Trône de la Sagesse ; La Vie de la liturgie ; La spiritualité du Nouveau Testament et des Pères.

 

Le Père Louis Bouyer, de l’Oratoire a participé au concile Vatican II comme consulteur.

Personnalité marquante du Mouvement liturgique (Le Mystère pascal, 1945) et promoteur de la réforme, il en dénonce violemment les déviations et les malfaçons dans les dérives postconciliaires (La Décomposition du catholicisme, 1968 ; Religieux et clercs contre Dieu, 1975) :

« Ils ont alors en pratique substitué à la liturgie de l'Église et à la tradition vivante avec laquelle ils voulaient renouer une pseudo-liturgie quasiment fabriquée de toutes pièces...». II fustige la perte du sens des origines, du sens du sacré, et le mépris des clercs pour les fidèles :

« Même ce qu'il y avait de bon dans la réforme liturgique a été appliqué d'une manière qui ne l'était nullement. »

« Jamais on n'a imposé aux laïcs d'une manière aussi impertinente la religion des prêtres ou leur absence de religion... ».

 

Les séminaristes sortis d’Ecône, et les séminaristes qui ne sont pas entrés dans les séminaires en France, et moi-même, avons eu l’occasion de rencontrer le Père Bouyer, qui nous témoignait son affection, et son approbation pour la maintien de la liturgie tridentine.

 

<<<<<>>>>>

 

Lors d’une longue conversation, il nous raconta comment et pourquoi il avait donné sa démission de membre de la Commission chargée de la réforme liturgique :

 

 

Père Bouyer : «J’ai écrit au Saint-Père, le Pape Paul VI, pour lui présenter ma démission de membre de la commission chargée de la Réforme Liturgique. Le Saint-Père m’a convoqué immédiatement »

 

Paul VI : - « Mon Père, vous êtes une autorité incontestable et incontestée par votre connaissance profonde de la liturgie et de la Tradition de l’Eglise, et un spécialiste en ce domaine. Je ne comprends pas pourquoi vous me présentez votre démission, alors que votre présence, est plus que précieuse, indispensable ! »

 

Père Bouyer : - « Très Saint-Père, si je suis un spécialiste en ce domaine je vous dirai très simplement que je démissionne parce que je ne suis pas d’accord avec les réformes que vous nous imposez ! Pourquoi ne tenez-vous pas compte des remarques que nous présentons, et pourquoi faites-vous le contraire ? ».

 

Paul VI : - « Mais je ne comprends pas : je n’impose rien, je n’ai jamais rien imposé dans ce domaine, je m’en remets entièrement à vos compétences et à vos propositions. C’est vous qui me présentez des propositions. Quand le Père Bugnini vient chez moi, il me déclare : Voici ce que demandent les experts. Et comme vous êtes des experts en cette matière, je m’en remets à vos jugements ».

 

Père Bouyer : - « Et pourtant, quand nous avons étudié une question, et avons choisi ce que nous pouvions vous proposer, en conscience, le Père Bugnini prenait notre texte, et, nous disait ensuite que, après Vous avoir consulté : Le Saint-Père désire que vous introduisiez ces changements dans la liturgie. Et comme je ne suis pas d’accord avec vos propositions, parce qu’elles sont en rupture avec la Tradition de l’Eglise, alors j’ai donné ma démission ».

 

Paul VI : - « Mais pas du tout, mon Père, croyez-moi , le Père Bugnini me dit exactement le contraire: jamais je n’ai refusé une seule de vos propositions. Le Père Bugnini venait me trouver et me disait : "Les experts de la Commission chargée de la Réforme Liturgique ont demandé cela et cela". Et comme je ne suis pas spécialiste en Liturgie, je vous le répète, je m’en suis toujours remis à vous. Jamais je n’ai dit cela à Monseigneur Bugnini. J’ai été trompé, Le Père Bugnini m’a trompé et vous a trompés ».

 

Père Bouyer : - « Voilà mes chers amis, comment s’est faite la réforme liturgique ! ».

 

Très peu de temps après cet entretien, Mgr Bugnini était nommé Pro-Nonce en Iran. Mais la Réforme de 1969 et le Novus Ordo étaient passés… et la Messe de Saint Pie V « interdite », ainsi que le prétendaient notamment des Evêques de France ! Ce qui précise et complète les données sur le départ de Mgr Bugnini, faites par Son Excellence Mgr Piero Marini, ancien Maître des Cérémonies Pontificales, dans son ouvrage Cérémoniaires des Papes (Bayard, 2007, pages 40-42).

 

Pere-Louis-Boyer.jpg

<<<<>>>>

 

Suit le témoignage de Mgr Thiandoum...

 

Vicaire général de Mgr Lefebvre alors Archevêque de Dakar, puis son successeur, à la demande même de ce dernier, Mgr Thiandoum vint en Suisse en 1971 pour se faire soigner. Il tint à venir passer deux jours au Séminaire Saint Pie X d’Ecône, où je le reçus, Mgr Lefebvre étant en voyage. Mgr Thiandoum n’était pas encore Cardinal. Mais il fut reçu avec tous les honneurs dus à son rang, et à l’affection profonde qui liaient l’Archevêque de Dakar à son prédécesseur. Il donna une conférence aux séminaristes, et demanda de pouvoir célébrer la Messe de communauté, le lendemain dimanche.

 

Je lui fis remarquer que nous célébrions selon le rite de Saint Pie V.

 

« Cela n’a aucune importance me répondit-il. J’ai été ordonné dans ce rite, j’ai célébré la Messe dans ce rite pendant des années, et des générations de prêtre se sont sanctifiés avec la Messe de Saint Pie V. D’ailleurs, la Messe de Saint Pie V n’est pas interdite, puisque le Concile lui-même a demandé que l’on conserve les rites centenaires ou immémoriaux, si je me souviens bien ».

 

Puis de me dire : « Je vais vous faire une confidence : je serai heureux de célébrer selon le rite de mon ordination, mais je vous demande simplement de m’assister à l’autel pour éviter que je ne me trompe. Personnellement, je considère qu’elle exprime mieux que le Nouvel Ordo, la plénitude du Saint Sacrifice de la Messe ».

 

« Vous ne savez certainement pas, poursuivit Monseigneur Thiandoum, que lorsque Monseigneur Bugnini a fait célébrer dans l’Aula du Synode des Evêques, « ad experimentum » son projet de Nouvelle Messe, le Nouvel Ordo, qu’il y a eu un RUGISSEMENT DE PROTESTATIONS de la part des Evêques présents. Et malgré cela, sans qu’il soit possible de comprendre comment il a pu s’y prendre, il parvint à faire prévaloir ses idées auprès du Pape Paul VI qui promulgua le NOVUS ORDO. Le Pape avait publié : Roma locuta est… Il ne nous restait plus qu’à obéir ! Mais personne n’en voulait de cette Messe REVOLUTIONNAIRE ». (sic !)

 

Mgr J. Masson

 

Lu sur le site :

http://www.hermas.info/article-36681786.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Liturgie Doctrine

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :